CONNAISSANCE DE SOI

Connaissance de soi (n, f):  
La connaissance de soi renvoie à la conscience de soi (Maxicours, 2020), c’est-à-dire l’ensemble des connaissances qu’un individu possède face à ses valeurs, ses intérêts et ses aptitudes et qui définissent son identité (Dubois, 2006 dans Villeneuve et Villeneuve, 2019).

Pourquoi parler de connaissance de soi alors que Satelitte est un organisme en prévention des dépendances?

La connaissance de soi est un outil essentiel face à la dépendance puisqu’elle permet à une personne de se définir en dehors de la consommation.

Qu’est-ce que l’identité?

L’identité est le processus de définition de  soi qui a pour effet “le développement d’un sentiment de continuité et de cohérence dans l’expérience de soi (Dubois, 2006 dans Villeneuve et Villeneuve, 2019).

La fenêtre de Johari 

La fenêtre de Johari, du nom de ses inventeurs, a été développée par deux psychologues américains, Joseph Luft et Harrington Ingham, en 1955.

Il s’agit d’une méthode de représentation de la communication entre deux entités, une intérieure à soi et une extérieure. Elle implique 4 grands domaines de la connaissance de soi.

Les valeurs

Les valeurs sont des caractères propres à une personne, partagées, en partie, par les groupes auquel l’individu appartient. Ces groupes peuvent être culturels ou sociaux (et par le fait même, familial, amical, etc.). Les valeurs ont une influence sur l’orientation des actions des individus dans le social en fixant des buts et des objectifs. Elles font faire sens aux actions des individus et constituent la base de l’éthique personnelle.

Selon le modèle de Shalom H. Schwartz, chercheur en psychologie sociale, il existerait 19 valeurs fondamentales dans lesquelles sont regroupées l’ensemble des autres valeurs qu’une personne peut posséder.

 “Voici la liste de ces 19 valeurs :

  1. Autodétermination de la pensée : liberté de cultiver ses propres idées et capacités
  2. Autodétermination des actions : liberté de déterminer ses propres actions
  3. Stimulation : excitation, nouveauté et changement
  4. Hédonisme : plaisir et gratification sensuelle
  5. Réalisation : succès selon les normes sociales
  6. Pouvoir-dominance : pouvoir par l’exercice d’un contrôle sur les gens
  7. Pouvoir-ressource : pouvoir par le contrôle des ressources matérielles et sociales
  8. Image publique : sécurité et pouvoir en maintenant son image publique et en évitant l’humiliation
  9. Sécurité-personnel : sécurité dans l’environnement immédiat
  10. Sécurité-société : sécurité et stabilité dans la société
  11. Tradition : maintenir et préserver les traditions culturelles, familiales ou religieuses
  12. Conformité-règles : respect des règles, lois et obligations formelles
  13. Conformité interpersonnelle : éviter de bouleverser ou de blesser les autres
  14. Humilité : reconnaître son insignifiance dans l’ensemble des choses
  15. Bienveillance-soins : prendre soin du bien-être des membres du groupe d’appartenance
  16. Bienveillance-fiabilité : être un membre fiable et digne de confiance du groupe d’appartenance
  17. Universalisme-préoccupation : engagement envers l’égalité, la justice et la protection de tous
  18. Universalisme-nature : préservation de l’environnement naturel
  19. Universalisme-tolérance : acceptation et compréhension de ceux qui sont différents de soi-même.”

Les valeurs sont dictées par les expériences de vie d’une personne, mais aussi par sa culture et la manière dont elle a été élevée. C’est précisément pour cela que l’on peut avoir certains conflits avec des personnes qui ne partagent pas les mêmes valeurs que nous. La hiérarchie des valeurs est différente entre chaque individu. Nous n’avons qu’à penser à la tradition, par exemple. À différents moments dans sa vie, une personne peut agir dans le sens ou à l’encontre de ses valeurs. Cela peut alors créer certains conflits internes inconfortables. Elle pourrait alors décider d’aller vers des solutions exutoires comme la consommation de substance ou l’utilisation abusive des jeux vidéo pour éviter cet inconfort, ce qui pourrait ultimement l’amener vers une dépendance. C’est pourquoi il est important d’être en mesure de cibler nos valeurs et d’agir en fonction de celles-ci puisque c’est dans l’accomplissement des actions en leur sens que l’on se rapproche du bonheur.

Soi réel contre Soi idéal

Il est important de faire la différence entre le Soi réel ainsi que le Soi idéal. Le Soi réel est ce que nous sommes en réalité. Tel que nous l’avons vue plus haut, il s’agit de la façon dont nous nous définissons, mais aussi les limites que nous possédons. Le Soi idéal, de son côté, est l’image de nous-même que nous souhaitons atteindre. Il peut être très général comme très spécifique. 

Par exemple, je pourrais vouloir être une meilleure personne jour après jour. J’aurai alors à définir davantage ce qu’est une bonne personne et comment y parvenir. En contrepartie, un soi idéal pourrait être de devenir le meilleur joueur de la ligue de hockey dont je fais partie. Mon objectif est alors défini par des statistiques claires. Autre exemple: mon soi idéal pourrait d’être à mon affaire et plus à l’heure tandis que mon Soi réel est que je suis quelqu’un de lunatique qui n’arrive pas à s’organiser. Face à cet écart entre les deux visions de soi, je peux alors mettre des moyens en place pour me rapprocher de mon Soi idéal. Par contre, il est primordial que mon Soi idéal demeure réaliste. Certaines personnes ont de la difficulté à respecter leur Soi réel et cela les mène à utiliser des moyens comme la consommation de substances pour se dépasser et atteindre leur Soi idéal. Nous n’avons qu’à penser aux stéroïdes dans le milieu sportif, par exemple. Sans ces substances, un athlète aurait alors de la difficulté à maintenir un certain niveau dans sa discipline (soi réel). Le Soi idéal peut être une bonne source de motivation pour s’améliorer comme humain, mais il faut savoir respecter ses limites. Il y a un lien à faire entre le en étroit entre le soi idéal et le rôle social puisqu’une personne peut s’y rattacher pour s’améliorer ou, du moins, évoluer en un certain sens.

 

Affirmation de soi

 

L’affirmation de soi est la capacité  à  faire part à son entourage, de ses besoins, ses envies et ses intentions. Il s’agit d’une capacité qui se développe avec la pratique puisqu’il n’est pas toujours évident d’exprimer ce que l’on ressent, et ce, même avec nos proches. Que ce soit de façon consciente ou non, notre entourage ainsi que la société tenteront de nous mettre de la pression pour nous inciter à faire certaines actions ou adopter certains comportements, que ceux-ci soient souhaitables ou non, normés ou non. Il est alors très important de savoir résister à cette pression si ces actions ne sont pas en accord avec qui nous sommes. 

Résistance à la pression

Allant de pair avec l’affirmation de soi, la résistance à la pression est une capacité que tout humain se devrait de développer. La consommation de substance étant souvent introduite par des pairs lors des premières occasions, il est important de savoir mettre ses limites si notre intention n’est pas de consommer.

Que ce soit de façon consciente ou non, notre entourage usera de moyen pour nous amener à adopter certains comportements, nous faire faire certaines expériences ou certaines actions. Par exemple, il se peut que notre meilleur ami nous demande d’absolument tenter le dessert qu’il est en train de manger ou nous implore de lui prêter notre console de jeu (en promettant qu’il n’y arrivera rien). Même si l’intention première n’est pas de causer du tort, il se peut que les conséquences soient tout de même néfastes.

Voici certains moyens que les utilisés par les pairs pour induire une pression à l’action. Il est important de les connaître afin d’être en mesure de déceler la pression:

La persuasion / L’argumentation

C’est une des plus grandes techniques de pression qui est utilisée dans le monde. Chaque jour, les compagnies nous offrent des slogans afin de nous inciter à acheter leurs produits. Nos proches partagent aussi leurs opinions et leurs arguments pour nous encourager à faire certaines actions. “Vas-y, tu vas aimer ça.” “Moi, je l’ai écouté et c’est vraiment bon.” “C’est tellement ton style, tu devrais l’acheter”. 

L’humiliation 

Il s’agit d’un moyen de pression négatif qui vise à rabaisser une personne afin de la convaincre de faire quelque chose. Il vise à ce que la personne tente de se prouver aux autres en faisant ce qui lui est demandé.

 Le rejet ou l’isolement 

Ce moyen de pression négatif vise à isoler la personne si elle ne fait pas ce qui lui est demandé. 

La menace ou le chantage 

C’est de forcer quelqu’un à faire quelque chose par la menace. Par exemple : « Si tu ne me donnes pas ton iPod, je dis au prof que c’est toi qui a copié. »

Le harcèlement 

Le harcèlement est l’action répétée de comportement hostile, que ceux-ci soient physiques ou psychologiques, dans le but d’affaiblir et d’humilier la personne qui en est victime.

1. MAXICOURS. Conscience et connaissance de soi, 2020, En ligne < https://www.maxicours.com/se/cours/conscience-et-connaissance-de-soi/ >, page consultée le 1 juin 2020.

2. VILLENEUVE, Hugues et Yves, VILLENEUVE. Mieux se connaître – Un atout précieux pour s’orienter dans la vie, Centre d’aide aux étudiants, Université Laval, 2019.

3. Psychomédia, 2020, Les 19 valeurs (priorités) qui guident les choix et comportements, selon le modèle psychologique de Schwartz, 2016, En Ligne <http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2016-02-04/19-valeurs-fondamentales-de-schwartz>, page consultée le 15 juin 2020.

Vous êtes curieux?

Nous vous proposons quelques liens et lectures afin d’en apprendre davantage sur le sujet. De plus, visitez nos services afin de voir nos ateliers en lien avec cette thématique. Vous êtes parent ? Nous avons des informations spécialement préparées pour vous.

Liens utiles

 Revenez sous peu pour découvrir plusieurs liens relié à cette thématique. Section en création !

Section parents

Cette section aura bientôt des conseils spécifiques au thème de cette page. En attendant, prenez un moment pour lire ces conseils généraux sur la communication Parents/Enfants.

 

Être parent d’un adolescent…
L’adolescence n’est pas toujours une période facile autant pour les adolescents eux-mêmes que pour leurs parents. Il est possible que vous ayez des craintes ou des peurs pour votre enfant qui grandit, qui fait peut-être des expériences ou qui consomme de façon régulière.

Plusieurs sources d’inquiétudes pour les parents peuvent survenir au cours des années, comme le passage du primaire au secondaire, le début des relations sexuelles, l’exploration de la consommation ou le goût de vivre des sensations fortes.

Si vous vous sentez dépassé par les événements, n’hésitez pas à demander de l’aide à un professionnel, que ce soit pour parler avec l’éducateur qui suit votre enfant ou à un intervenant du CLSC. Ces derniers seront en mesure de vous aider à trouver des façons adéquates pour suivre l’évolution de votre jeune et pour l’accompagner dans son développement, sans vous oublier, comme personne, comme parent, dans tout ce processus.

Vous pouvez également lire nos quelques conseils rapides afin de vous aider à faire face aux diverses situations.

  • Ouvrir le dialogue
    Bien qu’il ne soit pas toujours évident d’entrer en contact réel avec son adolescent, il est important de lui manifester votre intérêt pour lui et pour ce qu’il vit. De cette façon, il sentira de l’ouverture de votre côté. Il vous parlera plus facilement s’il a envie de se confier. De plus, lorsque vous lui parlez, affirmez votre opinion sans pour autant juger la sienne ni condamner ses comportements. Faites-lui part de vos inquiétudes, sans lui faire de reproches.
  • Établir des règles
    L’adolescence est une période d’exploration et de quête d’autonomie. Cela ne veut pas dire qu’il faut abolir toutes les règles. Pour que tous les membres de la famille se sentent bien, il doit y avoir des règles et elles doivent être appliquées. Convenez des règles avec votre enfant et des conséquences en cas de bris de celles-ci. Il se sentira impliqué dans le fonctionnement de la maisonnée et dans son éducation.
  • Être attentif aux changements d’attitudes et de comportements
    Quand les attitudes et les comportements d’un enfant ou d’un adolescent changent rapidement, on peut se douter que quelque chose ne va pas. Lui parler calmement en lui reflétant son comportement des derniers jours pourrait le pousser à s’ouvrir.
  • Incitez votre jeune à utiliser les ressources disponibles
    Il est possible que votre jeune n’ait pas envie de se confier à vous. Vous pouvez toutefois lui mentionner qu’il existe d’autres ressources qu’il pourrait consulter, par exemple l’intervenant de son école, un autre adulte de confiance ou encore les lignes d’écoute. Vous pouvez également lui suggérer quelques sites web fiables, où l’information est juste et pertinente (voir la section Liens utiles).

Nous vous suggérons aussi de lire nos Capsules Parents qui paraissent plusieurs fois par année dans le journal Le Clairon de Saint-Hyacinthe et que vous pouvez retrouver dans notre fil d’actualité.

Ateliers scolaires

Primaire

Mon ami Caméléon 

Public cible : 2e année 

Objectifs : Prendre connaissance de soi et développer des habiletés sociales.

 Durée : 1 heure 

Descriptif : L’atelier mon ami Caméléon permet d’identifier les comportements adaptés pour avoir des relations d’amitié saines. Le thème de la connaissance de soi sera réinvesti en 6e année avec le programme Prévenir pour mieux grandirCet atelier répond à certains éléments du contenu obligatoire d’éducation à la sexualité du ministère de l’éducation. 

450 888-2572

Appelez-nous pour plus d’informations.

515, avenue Robert

Saint-Hyacinthe, Qc, J2S 4L7

v

Réseaux sociaux

Faire un don

Projet cannabis